Quelle huile essentielle pour la ménopause

 

Lors de la période dite de préménopause ou périménopause, certains signes annonçant la ménopause apparaissent et se prolongent jusqu’à l’arrêt total des règles caractéristique de la ménopause (continu au bout d’un an). La baisse des sécrétions hormonales engendre en effet la perturbation des cycles, la diminution du nombre d’ovocytes et donc de la fertilité. De plus, l’apparition de nombreux symptômes comme les fameuses bouffées de chaleur, le syndrome prémenstruel, la fatigue voire la tendance à la déprime, les troubles de la libido et du sommeil rendent alors ces étapes féminines d’autant plus délicates.  Focus sur quelques conseils pour vous aider à mieux vivre la périménopause ou la ménopause que vous traversez.

L’aromathérapie et la phytothérapie, utiles lors de la ménopause

Les huiles essentielles et les plantes sont des solutions naturelles pour soulager de nombreux maux, dont ceux liés à la ménopause et périménopause. En massage, par voie orale, en diffusion, en bain, ou en inhalation, les huiles essentielles s’utilisent de différentes façons, qu’il convient de connaître et de respecter. En effet, malgré le fait qu’il s’agisse d’une médecine douce, l’aromathérapie est puissante, et ne doit pas se pratiquer chez la femme enceinte, allaitante, ou chez l’enfant de moins de 6 ans. Il est important également de s’en tenir aux doses indiquées, et de consulter l’avis d’un professionnel de santé en cas de doutes.

Apaiser les troubles de la ménopause avec l’huile essentielle de sauge sclarée

Riche en oetrogène, l’HE (huile essentielle) de sauge sclarée participerait au soulagement des sueurs et des bouffées de chaleur caractéristiques de la périménopause et de la ménopause. Sauf en cas de maladies épileptiques et de cancers, l’HE de sauge sclarée peut être prise par voie orale, à raison de 2 gouttes deux fois par jour, avec une cuillère à café de miel ou de gelée royale. Elle peut être utilisée également en massage, diluée avec une huile végétale comme l’huile d’onagre et appliquée sur le bas du ventre.

L’huile d’onagre pour soulager les syndromes prémenstruels

Reconnue pour son action sur les ongles, les cheveux et la peau, l’huile d’onagre est antioxydante, mais s’avèrerait également efficace pour apaiser les symptômes liés au cycle féminin, qu’ils soient prémenstruels ou ménopausiques. En gélule ou en huile, celle-ci peut donc être utilisée par voie externe (en massage) ou interne (par voie orale).

Diminuer les bouffées de chaleur avec les compléments alimentaires

Certains compléments alimentaires apporte également un bien être de l’intérieur, et offrent une réponse à la fatigue, aux syndromes prémenstruels ou aux bouffées de chaleur trop gênants.

Les comprimés de Sérélys par exemple, revendiquent la diminution des bouffées de chaleur ainsi qu’un apport en énergie. Grâce aux extraits de pollens et à la vitamine E présents dans sa formulation, Sérélys, contribuerait ainsi « au bien être durant la ménopause ».

 

Parmi ces conseils, qu’ils soient naturels ou sans hormones, à vous simplement de choisir la solution qui vous correspond le mieux, pour mieux vivre les étapes de la ménopause.